Sélectionner une page

Frédéric Ducourau nous raconte les origines du Grand Prix automobile de Monaco

Derniers articles

Point culture : le grand prix historique de Monaco

Détour sur le grand prix d’historique automobile de Monaco avec Frederic Ducourau. Avis aux automobilistes néophytes : découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le grand frère de la célèbre course de Monaco version formule 1. Au départ... Le 14 avril 1929 se tenait pour...

lire plus

ePrix de Monaco 2019 : en route vers le futur ?

Passionnés de courses automobiles, rappelez-vous ce 9 mai 2015 et son carambolage entraînant 7 pilotes après le premier virage… de la première épreuve du ePrix de Monaco. Si vous n’avez pas suivi la victoire du Suisse Sébastien Buemi, un détour sur le premier prix de...

lire plus

Assister au Grand Prix de Monaco 2019

Le 76ème Grand Prix de Monaco était l’un des événements les plus marquants du calendrier sportif de cette année. Cependant si vous faites partie des gens qui ont raté cette édition, Frédéric Ducourau vous recommande de tout annuler dès maintenant, pour assister en...

lire plus

Les évolutions du circuit Grand Prix de Monaco

C’est en 1929 que le Grand Prix de Monaco a vu le jour par Antony Noghès, sous la présidence d’Honneur du Prince Louis II de Monaco. A l’époque, la course se déroulait sur 100 tours et la vitesse moyenne était de 80.194 km/h. Aujourd’hui le Grand Prix de Monaco est...

lire plus

Comment se déroule le Grand Prix de Monaco ?

Le Grand Prix de Monaco est considérée comme l’une des plus anciennes et prestigieuses courses automobiles au monde. C’est notamment le Grand Prix que tous les pilotes rêvent de gagner. Il est aussi considéré comme étant le plus lent et le plus dur du Championnat du...

lire plus

Frédéric Ducourau, passionné de course automobile depuis de nombreuses années, voue un véritable culte au Grand Prix de Monaco. C’est une des plus anciennes courses au monde.

Pour comprendre cette passion, il faut bien se rendre compte qu’elle fait partie des trois courses les plus prestigieuses au monde. Et ce, avec les 500 miles d’Indianapolis en Indy Car et 24 Heures du Mans en Sport-prototypes. Le Grand Prix de Monaco se dispute en Principauté de Monaco, sur un circuit urbain qui a été conçu en 1929 par Antony Noghès. Sa conception reposait sur le défi de faire tenir un circuit automobile dans l’espace exigu de Monaco.

A l’époque, il mesure 1,5 km. Actuellement, sa longueur est de 3,337 km et les pilotes doivent effectuer 78 tours, ce qui représente une distance de course de 260,286 km.

 Le circuit de Monaco serpente autour du port Hercule, au sein même de la ville dans les rues de Monte-Carlo et de la Condamine. Les virages sont serrés et des rails de sécurité sont collés à la piste. En effet, il n’y a pas d’espace de dégagement entre la piste et ces derniers étant donné que le circuit est établi au sein même de la ville.

De ce fait, des grues sont disposées un peu partout sur le parcours. Cela pour dégager le plus rapidement possible les monoplaces accidentés.

L’étroitesse de la piste rend la course très exigeante et les dépassements difficiles mais, au cours des années, des ajustements et des améliorations ont été faites par l’Automobile Club de Monaco. Notamment au niveau de l’aménagement des stands de ravitaillement.

La première course inaugurale a été remportée par William Grover-Williams, le 14 avril 1929. Le vainqueur était au volant d’une Bugatti officielle du constructeur de Molsheim. Lors du premier championnat du monde de Formule 1, le 21 mai 1950, le Grand Prix de Monaco a été choisi pour être la seconde épreuve. Depuis 1955, la course figure, tous les ans, au calendrier du championnat du monde de F1.

Frédéric Ducourau n’est pas le seul passionné de cette course mythique. Le Grand Prix de Monaco inspire de la passion à tous les amateurs de Formule 1 et se présente maintenant comme événement incontournable de chaque saison.

C’est le pilote Ayrton Senna qui détient le record de victoires sur ce circuit en Formule 1 en s’imposant à six reprises en dix participations. Retour sur les origines du Grand Prix de Monaco avec Frédéric Ducourau.

Les origines du Grand Prix de Monaco racontées par Frédéric Ducourau

Pour bien comprendre les origines du Grand Prix de Monaco, il faut remonter au 26 août 1890. C’est à cette époque que naît le Sport Vélocipédique Monégasque (SVM) qui va rapidement connaître un essor impressionnant sous la présidence du Prince Albert 1er. A l’origine, c’est donc une simple association de cyclistes. Cependant, en 1907, le club se transforme et prend le nom de Sport Automobile et Vélocipédique de Monaco (SAVM). C’est Antony Noghès qui a l’idée de concevoir une épreuve automobile qui fera converger vers Monaco des concurrents venus de partout en Europe. Deux ans plus tard, il organise le premier Rallye de Monte Carlo.

Le 29 mars 1925, lors d’une assemblée générale qui réunit les membres du SAVM, le président Alexandre Noghès annonce qu’ « en raison de l’importance prise par la Société, il est obligatoire d’en changer le titre et de la dénommer Automobile Club de Monaco ». La proposition est acceptée et le club se tourne exclusivement vers le sport automobile. Le club porte encore ce nom aujourd’hui.

Pour que le sport soit officiellement légal, il faut encore admettre la ACM au sein de l’Association Internationale des Automobile Club Reconnus (AIACR), l’ancêtre de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile). C’est à cette tâche que Alexandre Noghès et son fils, Antony, s’attèlent. C’est alors que ce dernier à l’idée de construire un circuit automobile dans les rues de la Principauté. Il souhaite s’inspirer des courses urbaines qui ont lieu déjà aux Etats-Unis, notamment à Santa Monica ou Corona en Californie. Pour avoir un avis d’expert sur son projet, il demande de l’aide au pilote local Louis Chiron qui lui donne son aval. De même le projet audacieux reçoit le soutien enthousiaste du Prince Louis II.

Six mois plus tard, la construction est bouclée et le 14 avril 1929, le Prince Pierre termine le tour inaugural du circuit au volant d’une Tropedo Voisin par le directeur de course, Charles Faroux. Louis Chiron n’est, quant à lui, pas présent car il dispute les 500 miles d’Indianapolis.

Pour que le sport soit officiellement légal, il faut encore admettre la ACM au sein de l’Association Internationale des Automobile Club Reconnus (AIACR), l’ancêtre de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile). C’est à cette tâche que Alexandre Noghès et son fils, Antony, s’attèlent. C’est alors que ce dernier à l’idée de construire un circuit automobile dans les rues de la Principauté. Il souhaite s’inspirer des courses urbaines qui ont lieu déjà aux Etats-Unis, notamment à Santa Monica ou Corona en Californie. Pour avoir un avis d’expert sur son projet, il demande de l’aide au pilote local Louis Chiron qui lui donne son aval. De même le projet audacieux reçoit le soutien enthousiaste du Prince Louis II.

Six mois plus tard, la construction est bouclée et le 14 avril 1929, le Prince Pierre termine le tour inaugural du circuit au volant d’une Tropedo Voisin par le directeur de course, Charles Faroux. Louis Chiron n’est, quant à lui, pas présent car il dispute les 500 miles d’Indianapolis.

A l’occasion du premier Grand Prix ce ne sont pas moins de seize pilotes qui prennent place sur la grille de départ. C’est le britannique William Grover-Williams (dit « Williams ») qui remporte cette première édition à bord d’une Bugatti 35B privée. Il boucle les cent tours de la course à une vitesse moyenne de 80km/h.

Pour conclure l’histoire de ce tracé mythique, il est important de préciser que les courses ont été interrompue pendant la Seconde Guerre mondiale entre 1938 et 1947. L’épreuve reprend en 1948 mais elle n’a pas lieu l’année suivante car le Prince Louis II décède. Le 21 mai 1950, le circuit de Monaco accueille la seconde manche du premier championnat du monde des conducteurs.

Ensuite, elle redevient une course de voitures de sport en 1952. Au lieu d’accueillir les Formule 2, alors retenues pour le championnat du monde, le Grand Prix de Monaco se consacre aux Formule 1. Dès 1955, la course sera toujours présente au calendrier.

Les transformations du Grand Prix de Monaco au fil des années

Depuis sa création, le circuit de Monaco a subi de nombreuses transformations. Frédéric Ducourau revient sur ces dernières :

  • En 1973, la route de la piscine a été modifiée pour pouvoir intégrer les stands sur le Quai ;
  • En 1976, deux nouvelles chicanes sont mises en place à Sainte Dévote et à la sortie de l’épingle de la Rascasse ;
  • En 1986, le Quai des Etats-Unis est élargi pour permettre la création d’une nouvelle chicane ;
  • En 1997, le premier virage en « S » de la piscine est modifié pour être redessiné. Il porte maintenant le nom de Louis Chiron ;
  • En 2003, une première phase d’aménagements est en cours et touche uniquement la partie sud du port. Les travaux ont permis de gagner 5000 m² sur la mer. Le passage compris entre le deuxième « S » de la piscine et La Rascasse a été déplacé de 10 mètres par rapport au tracé d’origine et se voit complètement redessiné. De plus, une chicane est installée à la sortie du second virage de la piscine ;
  • En 2004, des travaux sont réalisés pour doubler la largeur de l’esplanade qui accueille la zone des stands vers le Boulevard Albert 1er. L’entreprise consiste à la création d’un bâtiment sur l’emprise de l’ancienne piste entre la piscine et La Rascasse. De plus, des nouveaux stands de 250 m² vont être érigés et être mis à la disposition de chaque écurie.

Le Grand Prix de Monaco est un temple incontesté pour les passionnés de course automobile et plus particulièrement de Formule 1 comme Frédéric Ducourau. Depuis sa création jusqu’à nos jours le tracé de ce circuit mythique a beaucoup évolué et il a connu les exploits de nombreux pilotes d’exception comme Ayrton Senna, Alain Prost ou encore Michael Schumacher. Il reste et restera un lieu incontournable pour tous les amoureux de F1.